Qu’est-ce qu’on mange, avant et après le cours de danse ?

Ma vision de l’alimentation est décomplexée !

Pour soutenir l’effort intensif de la danse classique, on a besoin de se nourrir en quantité et qualité suffisante, avant et après les cours.

Si possible, ne mangez pas juste avant le cours, sauf si vous n’avez pas le choix. Manger juste avant est inconfortable, car la danse nécessite un engagement important des muscles abdominaux : cela peut rendre la digestion douloureuse, le corps moins disponible à l’effort (digérer monopolise notre énergie !), le cerveau moins concentré.

Chaque personne a ses rythmes biologiques, qui se forment selon ses cycles de sommeil, d’activité intellectuelle, d’activité physique, de prise de nourriture…

Mais chaque personne traverse aussi beaucoup de contraintes dans la journée, on ne décide pas de tout ! Alors soyez tranquille, que vous mangiez 1h avant, ou 2h, ou 3h, tout va bien : simplement, plus la collation est proche de la séance, plus on réduit la quantité et on va vers les sucres rapides pour éviter la panne sèche. Ne vous forcez pas à manger si vous n’en avez vraiment pas envie, mais dans ce cas prévoyez une boisson qui soutienne l’effort et buvez des petites quantités fréquemment.

Ne mangez pas trop vite : même si c’est juste une boisson et une part de céréales dans le rush avant le cours, prenez quand même le temps de déguster au calme, pour éviter toute douleur au ventre.

Quelques idées ?

Je n’aime pas trop lister des exemples précis car, d’une part je considère que l’alimentation est personnelle, et d’autre part dans le monde la danse et des sportifs, on tombe vite dans l’excès de l’injonction (avec des listes “interdites”, “à éviter”, “à faire”…), ce qui ne rend service à personne.

Mangez ce que vous avez envie, ce que vous avez à disposition, ou passez à la supérette ou à la boulangerie prendre un en-cas, ne vous prenez pas la tête.

Allez, que ce soit une banane, des pains au lait, des biscuits, le plat de pâtes de la veille, une soupe de nouilles, des tartines, etc… c’est ok !

Si vous manquez d’idées quand même :

  • pensez aux noix variées, une poignée par en-cas, avec une compote. Je déteste les amandes, heureusement il y a les noix communes, noix de macadamia, noix du brésil, noix de cajou, noisettes
  • découpez un kiwi dans un yaourt Skyr,
  • achetez une part de carrot cake,
  • tartinez un (ou deux) toast d’houmous,
  • cherchez votre recette de flocons d’avoine : de base le flocon d’avoine n’est pas fou fou, les amateurs ont chacun leur recette élaborée pile à leur goût.

Evitez :

Les boissons gazeuses avant et pendant l’effort ! Même si j’adore le kombucha et la badoit, c’est non 🙂

Ma vision des choses :

Je mange, vous mangez, nous mangeons, et c’est normal. Dans le monde de la danse, je me suis régulièrement sentie différente du fait d’avoir bon appétit. Bon, désolée mais moi si je mange une pomme, j’ai encore SUPER faim 🙂

Je ne me mets jamais de pression sur la nourriture. J’ai mes habitudes, des rythmes biologiques décalés du fait de mon métier, et c’est très bien comme ça. Je vous encourage à trouver votre tempo, dans la joie et la curiosité 🙂